Nombre total de pages vues

T.G.I DE BAYONNE MAGISTRATS PEDOPHILES

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/?p=840

"

Christian GOY magistrat accusé de pédophilie, radié: une première en France !

26 décembre 2009
By Presidente
 

    Christian-GOY-magistrat-revoqueGIRONDE (33)

    JORF n°0299 du 26 décembre 2009

    page texte n° 88

    DECRET
    Décret du 23 décembre 2009 portant radiation d’un juge des cadres de la magistrature – M. Goy (Christian)

    NOR: JUSB0929899D

    Par décret du Président de la République en date du 23 décembre 2009, vu l’avis émis le 23 octobre 2009 par le Conseil supérieur de la magistrature, en sa formation compétente pour la discipline des magistrats du parquet, vu la décision de la ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, en date du 3 novembre 2009, prononçant la sanction de la révocation sans suspension des droits à pension, vu la notification de cette décision à l’intéressé en date du 30 novembre 2009, M. Christian Goy est radié des cadres de la magistrature à compter du 30 novembre 2009.

    JUSTICE. Soupçonné de pédophilie, l’ancien magistrat Christian Goy est radié par la ministre Michèle Alliot-Marie

    Révocation de l’ancien substitut de Bayonne soupçonné de pédophilie

    Le parquet du tribunal de grande instance de Bayonne détient sans doute un triste record. En moins de trois ans, il a vu deux de ses anciens membres radiés de la magistrature. Après le procureur Pierre Hontang, mis à la porte du corps pour avoir utilisé une carte bleue volée dans un bar à hôtesses, Christian Goy vient d’être à son tour poussé vers la sortie. La garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, a révoqué hier ce juriste, aujourd’hui âgé de 61 ans. Il avait exercé les fonctions de substitut du procureur de la République dans la sous-préfecture des Pyrénées- Atlantiques entre 2002 et 2006.
    Même si les agissements reprochés aux deux magistrats sont fondamentalement différents, ils se situent dans le même registre, celui des moeurs. Accusé de viols sur mineures, Christian Goy vient d’être renvoyé devant la cour d’assises de la Gironde. Les accusations portées contre lui, et qu’il conteste, concernent des faits remontant aux années 1990. Christian Goy est soupçonné d’avoir contraint deux filles (âgées de 9 et 13 ans) de l’une de ses clientes à lui consentir des caresses et des fellations à l’époque où il était avocat en Gironde. Les actes se seraient déroulés dans son cabinet lorsqu’il leur demandait de faire le ménage en échange d’un peu d’argent de poche."

    MARIELLE TRINQUET



    Marielle Trinquet


    ( les beaux discours !!!!!!!)









    Avocat de la famille et de SOS PAPAS , au barreau de Paris





    MOTIF GRAVE POUR SUSPENDRE LE DROIT DE VISITE ET D’HEBERGEMENT D’UN PARENT

    Nombreux sont les cas d’espèces dans lesquels un parent sollicite judiciairement la suspension du droit de visite et d’hébergement de l’autre parent en prétendant vouloir ainsi rompre toute relation entre ce parent et l’enfant.


    Ces stratégies d’exclusion d’un parent sont dévastatrices pour l’enfant qui est ainsi privé de l’un de ses parents si le Juge fait droit à cette demande de suspension


    La Cour de cassation aux termes d’un arrêt de principe en date du mars 14 mars 2006 a ainsi du rappeler que ce droit de visite et d’hébergement ne peut être suspendu que pour des motifs graves tenant à l’intérêt supérieur de l’enfant.


    Les relations parents-enfants doivent ainsi être protégées au titre des droits fondamentaux.

    18 décembre 2010 | Mots clefs: Ajouter un mot-clef, droit de visite et d'hébergement | Categorie: Non classé |
    Les commentaires sont fermés !!!!!!!!!!!!!
    NON ?????????
    Vraiment dommage !!

    Aude MOREL, JUGE DES ENFANTS TGI DE MEAUX

    Juge des Enfants TGI de Meaux: Compte rendu d’audience du 10/12/2010

    Juge des Enfants TGI de Meaux

    Affaire placement de l'enfant Sxxxx Bxxxx



    Le 10 Décembre 2010, Mlle Karine DELVALE est devant le bureau du Juge Aude MOREL.

    Elle y retrouve l’avocat qui lui a été désigné : Maître Franck MOULY .
    Ce dernier tente, à maintes reprises de la convaincre d’être prudente étant donné « les classements sans suite ».

    (De deux choses, ou Maître Franck MOULY n’a lu qu’une partie du dossier, ou il s’est trompé de client, puisqu’il ne fait aucun état des auditions particulièrement claires de l’enfant, concernant les abus sexuels de son père, à son endroit.)

    Quand Sxxxx arrive, il semble prostré, baisse la tête et ne regarde pas sa maman après quatre mois de séparation.
    Il finit par aller lui dire bonjour.

    Mme Nathalie ATTALI chef de service du foyer de l’Enfance de MEAUX intervient : « Sxxxx, tu vas dire bonjour à ton père » .
    Mme Nathalie ATTALI se dirige vers Philippe BEYER accompagné de son avocate Maître Marielle TRINQUET (S.O.S PAPAS).
    Les échanges de courtoisies laissent à penser que Mme Nathalie ATTALI, chef de service du foyer d’Orgemont à MEAUX, est une grande amie de Philippe BEYER et de son avocate …
    La chef de service est accompagnée de l’éducatrice du service de Sxxxx , Kathia qui depuis des mois souffle à Sxxxx ce qu’il doit dire et ne pas dire au téléphone, à sa mère.


    (Juste avant l'audience, l'association ESPOIR de Coulommiers qui suit Sxxxx en AEMO depuis décembre 2009; a faxé sa note « pour avis », concernant le placement de Sxxxx.
    Cette association est à l’origine de deux signalements au Juge des enfants, M.Guillaume MAGGI en Juillet 2010.
    Dans cette note, il est question des désirs et des inquiétudes de Sxxxx.
    « Sxxxx exprime qu'il ne veut pas vivre au foyer mais chez ses parents, et quand son éducatrice Mme JOSSE lui demande : c'est à dire ? Il répond: "je veux vivre chez ma mère toujours".

    L'association ESPOIR insiste sur le fait que Sxxxx a un fort désir de retourner chez sa mère. Mais également qu'il veut voir son père, sa belle-mère et son frère Rxxxx en lieu médiatisé.
    Il ajoute qu’il craint de revoir son père.
    La note établie par l'éducatrice de Sxxxx, Mme JOSSE, contrairement au Foyer de l'A.S.E ,
    se contente de préciser les souhaits de Sxxxx sans apporter de jugement sur l'un ou l'autre parent.

    Très curieusement, la Juge Aude MOREL n'a pas convié l'association ESPOIR à cette audience du 10 Décembre 2010.
    Il est très intéressant de constater que la juge des enfants écarte radicalement les pièces, voire les intervenants qui démontrerait un obstacle au retour de Sxxxx chez son père !)


    La juge Aude MOREL va, tout d‘abord, s‘entretenir, en privé, avec Sxxxx et son avocat.

    A la suite de quoi, Mme CARPENTIER de l’ASE , Mme Nathalie ATTALI du foyer vont entrer dans le bureau, suivis par les parents et leur conseil.
    La substitut, Céline BUCAU, représentant le Ministère public est déjà là!
    L’enfant est parti.

    En préambule, , la juge Aude MOREL explique devant l’assemblée que, sous la responsabilité de Mlle Karine DELVALE
    - Sxxxx souffre.
    - Sxxxx va finir par être «déglingué» (???).

    (La juge Aude MOREL manque de perspicacité et a, le même discours que Me MOULY, l’avocat désigné .........de la mère !!!!!
    Il y a, en effet, inversion des rôles, à savoir que le parent protecteur serait, sans aucune explication (et pour cause !!!), l’agresseur, l’oppresseur !!!!
    L’enfant se plaint depuis huit longues années, devant les gendarmes, la police et les différents juges, mais aussi les éducateurs, des agressions sexuelles de son père, qui, a deux reprises, a demandé son placement .
    Sxxxx, de ce fait, peut, effectivement , être très perturbé......... On le serait à moins !!!!!)



    La maman de Sxxxx répond à la juge qu’elle n’a fait que son devoir de mère, qu’elle a tout tenté pour protéger son enfant, et qu’elle a interpellé les personnes qu’il fallait à chaque fois que cela a été possible.
    Mlle Karine DELVALE rappelle que différents intervenants, médecins, enseignants, éducateurs, ont aussi fait, de leur côté, des signalements alarmants.

    D’un revers de main, la juge Aude MOREL écarte tous les documents, expertises psychiatriques, attestations, rapports, jugement, faisant état des traumatismes d’origine sexuelle subis par Sxxxx.
    Par contre la juge s’est épanchée sur le fait que la maman de Sxxxx est fusionnelle avec son fils, et qu’elle a de l’emprise sur lui.

    (il est à noter que ce type d’insinuation revient régulièrement dans les dossiers soutenus par SOS PAPAS)

    Karine DELVALE répond que pour avoir de l’emprise sur son fils, il faudrait, avant tout, qu’elle le voit. Ce qui n’est pas le cas puisque le juge Cristofe VALENTE lui a supprimé tous ses droits, pour les donner au présumé violeur et ce, depuis quatre mois.

    La juge Aude MOREL ajoute que Sxxxx dit des « choses » à sa maman : des confidences concernant les agressions sexuelles. Mais ces déclarations, ne seraient, en fait, que pour faire plaisir à sa maman et répondre à ce qu’elle veut entendre!!!!!!!!!

    Karine DELVALE répond que les deux expertises ordonnées à son endroit, démontrent que son comportement en général, mais aussi en particulier vis à vis de son fils, est parfaitement normal.

    A la suite de quoi, la juge Aude MOREL demande à la maman de Sxxxx si elle a bien compris ce que la justice voulait lui dire : « la justice vous dit qu’il ne s’est rien passé, Madame ».

    Karine DELVALE répond que la justice met tout en œuvre pour écarter ses plaintes faites devant la Police Nationale ainsi que les nombreux signalements, et évite de noter les gardes à vue de M.Philippe BEYER ainsi que l’I.P.C (interrogatoire de première comparution) devant le Juge d’instruction de CHAMBERY. Toutes ces actions arrivent aux mêmes conclusions : il y a bien agressions sexuelles de la part du père.
    Qui protège l’agresseur puisqu‘il n‘est jamais poursuivi, et pire, obtient la garde de la victime ??

    La juge Aude MOREL n’entend pas et précise que Sxxxx est clair dans ce qu’il dit : il ne veut plus rester placé, il veut vivre avec son père et voir sa mère en lieu médiatisé.

    (l'association ESPOIR de Coulommiers qui suit Sxxxx en AEMO depuis décembre 2009, a déposé, avant l'audience et par fax, une note attestant le contraire !!!!)

    Karine DELVALE répond que c’est très surprenant. En effet, c’est exactement la demande de M.Philippe BEYER , le père présumé violeur, et celle du Ministère Public de MEAUX!
    Serait-ce une coïncidence !!!!!!!

    (Sxxxx réclamerait pour subir le présumé violeur !!!!!!!!!!!! )


    Philippe BEYER prend la parole, et dit qu’il veux le bien-être de Sxxxx, qu’il n’a pas de haine vis à vis de Mlle Karine DELVALE , mais qu’il veut avoir la garde de Sxxxx qui verra sa mère en lieu médiatisé.


    L’avocate, du présumé violeur, Maître Marielle TRINQUET reprend les demandes de son client et ajoute que Karine DELVALE a des problèmes "pathologiques".

    (sachant qu’il est produit, dans la procédure, deux expertises qui affirment que Karine DELVALE n’a aucun problème. L’avocate s’auto proclame donc « expert psychologue en chef» ......pour les besoins de la cause !!!!)

    Puis vient le tour de Mme Nathalie ATTALI, chef de service au Foyer de l’Enfance de MEAUX .
    Elle insiste pour expliquer que les retrouvailles de Sxxxx avec son père ont été très chaleureuses,
    - « ils se sont jetés dans les bras l’un de l’autre ».
    - « Philippe BEYER, au téléphone, appelle plus souvent, Sxxxx que sa maman,
    - « Philippe BEYER est plus démonstratif que la maman de Sxxxx ».
    Mme Nathalie ATTALI précise que Sxxxx n’a pas eu d’encoprésie, bien que la maman a été informée que Sxxxx a fait de l’encoprésie au foyer durant son passage ( ??????)
    Par ailleurs, Mme Nathalie ATTALI affirme que quinze jours avant l’audience, Sxxxx a souhaité aller à la police pour dire qu’il ne s’était rien passé avec son père, et que c’était sa mère qu’il lui avait demandé de dire ça ».

    (Sxxxx serait donc devenu amnésique, pour oublier : les auditions réalisées dans divers commissariats, et ses déclarations aux enseignants, éducateurs et médecins, qui eux, ne sont pas contentés des déclarations de l‘enfant, pour constater les blessures annales, entre autres)

    Philppe BEYER a déjà effectué une première visite au sein du foyer de l’enfance.
    Mme Nathalie ATTALI précise qu’elle a encouragé cette visite, mais aussi la psychologue du centre, malgré les auditions qui révélaient les viols de Sxxx par son père et l’avis clairement défavorable de l’ASE.

    (Soxxxx a régulièrement exprimé ses craintes de voir son père) .

    Karine DELVALE précise que Sxxxx s’est confié à son éducatrice en charge de l’AEMO : « il voulait voir sa mère et pas son père, et qu’il en avait marre qu’on lui demande sans arrêt au foyer, s’il voulait voir son père».
    Mme CARPENTIER référante de l’A.S.E, se montre favorable à un prolongement du placement avec des visites médiatisées pour les deux parents.

    Le Ministère Public, Céline BUCAU, évoque le fait que Sxxxx est « englué » dans un conflit parental, en omettant de préciser, que si le Parquet de BOBIGNY avait interpellé Philippe BEYER en 2002, Sxxxx n’aurait pas continué de subir ces présumés viols durant huit ans.
    Le Ministère Public, Céline BUCAU, avance le fait que la maman de Sxxxx n’arrive pas à se remettre en question.

    http://copainsdavant.linternaute.com/membre/9975130/1875870328/celine_bucau/
    (doit-elle accepter les différentes tentatives de légalisation de la pédophilie ?)

    Le Ministère Public dit qu’il s’oppose à l’A.S.E (fait rarissime !) et se dit favorable au retour de Sxxxx chez son père.
    Le Ministère Public, Céline BUCAU, répète, à plusieurs reprises, en direction de Karine DELVALE : « Madame il ne s’est rien passé ! ».
    Le Ministère Public, Céline BUCAU, ajoute qu’il modifiera la formule du classement, à savoir :
    « l’examen de cette affaire n’a pas permis de caractériser suffisamment l’infraction pour permettre d’engager la responsabilité pénale du ou des mis en cause »,
    qui sera remplacée par la formule suivante :
    « il ne s’est rien passé ».
    Le Ministère Public, Céline BUCAU, demande, tout de même, ....... une AEMO .....« pour aider le père » (?????)


    ( il est bon de noter que le procureur Christian GIRARD, de MEAUX, est « soutenu » par l’association SOS ¨PAPAS.
    L’association SOS PAPAS conseille aux pères de kidnapper les enfants, de porter plaintes systématiquement quand une mère alerte les autorités compétentes sur des faits d’abus ou de viols sur mineurs, afin que la mère aille en prison et les enfants soient placés.
    Cette association revendique le S.A.P (syndrome d’aliénation parentale) défendu par GARDNER qui consiste à autoriser toutes les déviances sexuelles entre adultes et mineurs, et écarter toutes les personnes qui s’opposent à cette « manière de vivre ».
    La mère qui refuserait cette pédophilie incestueuse serait qualifiée d’hystérique et ferait preuve, en protégeant son enfant ,« d’aliénation parentale ».
    Cette thèse, parfaitement contraire à la morale la plus élémentaire, est donc une supercherie qui tend à protéger les agresseurs d’enfants. Elle est depuis longtemps discréditée partout dans le monde.)


    Philippe BEYER a été défendu par Maître MEJEAN en 2002 qui était conseil chez SOS PAPAS. Puis, depuis 2007 à ce jour par Marielle TRINQUET avocate chez SOS PAPAS.)



    La Juge Aude MOREL et le Ministère Public, Céline BUCAU, expliquent qu’il n’est pas souhaitable que Sxxxx vienne en hébergement chez sa maman, puisque, quand il y va longtemps, « il y a des problèmes ».

    (Devant le Ministère Public, Céline BUCAU, et la Juge MOREL, Karine DELVALE serait donc coupable d’avoir protégé et fait soigner son enfant depuis 2002. Il y a volonté manifeste d’écarter toutes les preuves qui tendent à démontrer que Sxxxx a bien été violé depuis 2002) .

    Article indisponible

    Nous avons supprimé cette communauté à la suite d'une demande légale. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre connaissance de cette réclamation à l'adresse suivante : LumenDatabase.org.

    THEORIES PRO-PEDOPHILES

    Diffusez autour de vous les informations que vous trouverez ici.
    Il est capital d'ouvrir une brèche dans le discours de promotion de ces personnages
    et de ses théories qui font la promotion de la sexualité pédophile.
    Tous ceux qui reprennent à leur compte les discours et les théories
    de Gardner, Underwager, etc... doivent savoir ce qu'ils font et de quel côté ils se placent.
    Tous ceux qui tentent d'introduire en justice ce genre de théories doivent savoir
    d'où elles proviennent, et, lorsqu'ils en seront informés, doivent cesser de promouvoir
    des théories aussi douteuses et aussi coupablement proche des milieux pédophiles


                                               http://www.enfancebrisee.fr/index.htm


    La vérité sur l'inceste et la pédophilie
    est-elle insoutenable au point qu'il soit
    préférable de la nier ?

    C'est être complice que de ne rien dire...

    Article indisponible

    Nous avons supprimé cette communauté à la suite d'une demande légale. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre connaissance de cette réclamation à l'adresse suivante : LumenDatabase.org.

    ANNE-CLAIRE BEYER-ARTAUD

    Philippe BEYER est donc toujours en liberté, avec à son domicile, deux enfants mineurs.



    Madame Anne-Claire BEYER ARTAUD
    , la nouvelle femme de Philippe Beyer ( Saâcy-sur-Marne  ) , a décidé de couper tout contact entre Sxxxx et sa maman.
    Refus cathégorique de tout entretien téléphonique.
    Ne pourrait-il s'agir d'un séquestre ???

    Article indisponible

    Nous avons supprimé cette communauté à la suite d'une demande légale. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre connaissance de cette réclamation à l'adresse suivante : LumenDatabase.org.

    SERVICE A.E.M.O ESPOIR COULOMMIERS

    Madame Karine DELVALE
    xxx xxxxxxx xxxxxx xxxxxxxxxxx
    10000 TROYES


    LETTRE OUVERTE TROYES, le 17 Janvier 2011
    LETTRE RECOMMANDÉE AVEC AR

    à

    Association ESPOIR
    A l'att. de Monsieur Laurent AUDRY
    Directeur
    8 rue de la Confiturerie
    77120 COULOMMIERS


    Monsieur,


    Mr Bruno PLANCHAUD, votre chef de service, m'a fixé un rendez-vous le 14 Janvier 2011 à votre antenne de PROVINS.
    Au cours de l'entretien, celui-ci m'a appris que votre équipe ne pouvait pas intervenir concernant la rupture organisée depuis le 25 Décembre 2010 par:
    - M.Philippe BEYER, et sa femme Mme Anne-Claire BEYER-ARTAUD,
    - M.Jean-Pierre BEYER et Mme Jacqueline BEYER, concernant les communications entre mon fils Sxxxx Bxxxx-Dxxxxxx et moi- même, sa mère.
    Votre association étant en charge de l'AEMO jusqu'au mois de Septembre 2011 ; vous voudrez bien m'indiquer par écrit les raisons pour lesquelles vous n'êtes pas en mesure de faire respecter l'article 37 3-2 du Code Civil.
    Madame la juge Aude MOREL vous a mandaté pour "travailler les relations familiales" de mon enfant.

    Suite à la conversation téléphonique du 21 Décembre 2010, avec Madame Mélanie JOSSE, éducatrice de mon enfant depuis 2009, celle-ci m'a dit qu'elle se chargeait de rencontrer mon fils rapidement.
    Très curieusement, j'ai appris par M.Bruno PLANCHAUD le lundi 10 Janvier 2011 et lors du rendez-vous du 14/01/2011, que l'équipe avait décidé de changer d'éducatrice pour, selon son expression : "remettre du sang neuf ".
    Ce remplacement d'éducatrice, pour mon enfant, aurait-il un lien avec le fait que Madame Mélanie JOSSE ait recueilli les propos pour agressions sexuelles sur mon fils, par son père, et ce en date du 16 juillet 2010 ?
    Propos qui vous ont été rapportés, depuis mon appartement.
    Lors de cette conversation, on vous entend clairement expliquer à l'éducatrice, qu'elle doit impérativement faire un signalement à Monsieur le juge Guillaume MAGGI sous forme de fax, dès son arrivée au bureau le plus proche de l'association, à savoir, celui de PROVINS.
    Madame JOSSE, considérant que la situation était suffisamment préoccupante, avait décidé de revenir 10 jours plus tard, à savoir le 28 juillet, afin de revoir mon fils.
    Là, Madame JOSSE s'inquiétait de savoir si Monsieur le juge Guillaume MAGGI avait donné une suite à son signalement.
    Dans le doute, elle a refait une note au même juge.
    Aujourd'hui, il semblerait que vous ayez écarté Madame JOSSE.
    De ce fait, vous vous déclarez incompétent pour suivre de tels dossiers, et tenu de sous-traiter à une autre association que vous seul jugeriez apte à exécuter les décisions de Madame la juge des enfants.
    En effet, Bruno PLANCHAUD m'a informé que vous étiez dans l'incapacité de transmettre ne serait-ce qu'une carte postale destinée à mon fils. Carte postale que je vous avais joint à mon courrier en recommande avec AR en date du 02 Janvier 2011.
    Bruno PLANCHAUD m'a expliqué que cette carte pourrait éventuellement être transmise à mon fils, par votre sous-traitant, de façon médiatisée.
    Pour ma part, je m'explique assez mal votre décision de sous-traiter le suivi de mon fils, sachant que vous êtes les seuls désignés.
    Si vous reconnaissiez votre incompétence pour exécuter la décision de Madame la juge des enfants, il vous suffirait d'en faire part à cette autorité judiciaire, afin qu'elle rende une nouvelle décision au bénéfice d'une autre association.
    En effet, vous n'avez aucun pouvoir de délégation pour faire appliquer une décision de juge des enfants.
    Par ailleurs des subventions substantielles prélevées sur l'argent public, vous sont versées pour les services que vous êtes censés exécuter.
    Dans le privé, ce genre de situation se retrouve régulièrement chez d'importants donneurs d'ordres.
    Ceux-ci se rétribuent largement avant de faire réaliser le travail par une entreprise sans grande prétention financière, et donc pour une rémunération particulièrement modeste.
    Serait-ce le cas de votre association, qui s'est réservée le simple contrôle de l'absentéisme de mon enfant au collège ?
    A ce sujet Monsieur LIONET, CPE du collège Parc FROT, me signale des absences hebdomadaires, de mon fils, justifiées sur convocation reconnue de Monsieur Bruno PLANCHAUD ou maladie à répétition.
    Par ailleurs, votre intérêt pour ma vie privée et la qualité d'un de mes soutiens, serait-il un obstacle à vos desseins, devant tant d'insistance?
    Vous devez pourtant savoir que ce témoin, fonctionnaire territoriale, a une double obligation de signaler une personne en danger.
    Ce qui a été fait dans le seul cadre de ses fonctions. Et c'est le seul et unique renseignement qui pourrait vous servir.
    Je reviens sur le fait que cela fait 23 Jours aujourd'hui, que je suis sans nouvelle de mon fils, donc sans le moindre contact téléphonique.
    Je dois vous préciser qu'il vous appartient de faire respecter l'exercice de mon autorité parentale, en vertu de l'article 371-1 du Code Civil, et qui ne fait l'objet d'aucune dérogation.
    Je vous demande donc de vous expliquer par retour écrit.
    Toute réponse par téléphone sera à exclure.
    Veuillez agréer, Monsieur, mes salutations.

    Karine DELVALE


    Copies :
    - Siège Social - Direction Générale ESPOIR, à l'attention de M. André MORIN,
    Directeur Général, PARIS.
    - DGA-Solidarité, Direction de l'Enfance, à l'attention de M. Mathieu SAVARIAU, Inspecteur de
    l'ASE, MELUN.

    ENQUÊTE PRIVEE

    Suite à une enquête privée,
    il ressort, dans un premier temps, que nombre de questions devront trouver réponse. - Pourquoi la Juge Aude MOREL n'a pas motivé sa décision en ce qui concerne
    son refus d'attribuer le droit de garde à la mère, puisque, dans les faits,
    rien ne s'y oppose ???

    - Pourquoi la juge Aude MOREL et la substitut Céline BUCAU,
    représentant le ministère public, ont inlassablement répété " il ne s'est rien
    passé", écartant, sans en avoir l'air, les auditions et témoignages,
    démontrant qu'il s'était réellement passé quelque chose, à savoir des
    agressions sexuelles envers le jeune Sxxxx, qui désignait à chaque fois son
    père ???

    - N' y aurait-il pas eu accord entre les grands parents Jean-Pierre BEYER,
    Jacqueline BEYER, ( 02310 CHARLY SUR MARNE ),
    et les services de justice, pour que leur soit accordé, dans les faits,
    la garde effective de Sxxxx, au travers d'un fils soumis, néanmoins présumé
    coupable de crimes de pédophilie ???

    - N'y aurait-il pas l'ombre d'un trafic d'influence, au titre de la solidarité de
    faux frères/ sœurs maçons, l'intervention d'une secte ???

    0019 Les francs maçons dans l'administration

    ( "http://www.dailymotion.com/swf/video/xazyxq?additionalInfos=0)

     - Philippe BEYER ( Saâcy-sur-Marne )
    : "Tu diras à ton pote qu'une plainte a été déposée contre
    lui ( agence Jean-Claude Ponson !!!! )". N'y aurait-il pas tentative de
    menaces, aux seules fins de décourager les publications de grande envergure
    et, ainsi, espérer étouffer la vérité ???

    - Christian GIRARD, le procureur de Meaux, ancien procureur de Draguignan ,
    ( voir affaire AMIDLISA,
    Séquestration et viol à Échirolles, ) n'aurait-il
    pas une influence, une responsabilité quelconque dans cette affaire ???

    L'ENQUÊTE PRIVÉE SE POURSUIT .......
    ET SÛREMENT D'AUTRES QUESTIONS A VENIR ..............